À La Grande Raisandière, nous nous inspirons de la forme de méditation Vipassana telle que pratiquée par le Bouddha, Siddharthu Gautama, il y a 2 500 ans. Cependant, nous ne sommes pas des bouddhistes et nous n’enseignons pas le Vipassana ! Alors, de quoi s’agit-il ?

Ce qui distingue le Bouddha, ou l’Éveillé, de ceux qui sont venus avant et après lui, ce ne sont pas la morale et la méditation, qui avaient déjà de longs pedigrees. C’était sa concentration sur les sensations corporelles dans l’ici et maintenant qui était unique. Si vous pratiquez Vipassana, vous ressentirez éventuellement les réactions biochimiques sur la peau et même dans le corps. Pour le Bouddha, ces sensations – littéralement le corps qui se régénère – illustrent l’impermanence de tout.

La deuxième chose qui découle de cette forme intense de concentration sur les sensations corporelles est qu’elle ouvre l’esprit à libérer des sentiments et des émotions refoulées. La question est alors comment vous réagissez. Le Bouddha a dit que vous ne devriez ni réagir positivement ni négativement car cela créerait une nouvelle douleur ou une nouvelle dépendance. Dans Vipassana, vous observez une pensée, un sentiment ou une émotion, vous la reconnaissez comme telle, quelque chose d’impermanent, puis vous la laissez aller et vous concentrez à nouveau sur les sensations corporelles. C’est seulement en ne réagissant pas à ces émotions et sentiments réprimés que le Bouddha a cru pouvoir surmonter la douleur passée.

Le Bouddha n’était pas un bouddhiste (et nous non plus !). Il a offert à ses contemporains, pauvres et princes, une boîte à outils pour les aider à soulager leurs souffrances. Il n’était pas intéressé par les prêtres ou les organisations religieuses. Il ne voulait certainement pas créer une religion ou un ‑isme. Il rejetait gentiment les dieux des gens. Il se moquait de savoir si quelqu’un croyait en la réincarnation, bien qu’il semble que ce fût lui-même. Ce qui était important pour lui, c’était qu’en pratiquant la moralité, la méditation et la concentration ici et maintenant, on pouvait s’aider à vivre plus heureux.

Pendant les trois heures de méditation proposées pendant le weekend, nous ferons les premiers pas vers le Vipassana, c’est à dire l’enseignement de l’Anapana : la concentration sur la respiration.

Autre chose, il existe de nombreuses formes de méditation pratiquées dans le monde. Souvent, ils sont guidés et le guide vous demande de se concentrer sur des images mentales ou une forme de mots, ou d’écouter de la musique ou des incantations. Celles-ci peuvent toutes aider à calmer l’esprit dans une certaine mesure, mais pour le Bouddha, seul le silence et la concentration sur les sensations corporelles permettaient de comprendre et d’éviter la souffrance. En fin de compte, pour le Bouddha, vous seul pouvez vous libérer de la douleur du passé et créer une vie plus heureuse. Il a fourni les outils ; vous devez faire le travail !

Si vous souhaitez en savoir plus sur Vipassana ou vous inscrire à un cours de Vipassana de 10 jours, veuillez visiter le site-web Vipassana de votre pays.

Vipassana France

Centres Vipassana dans le monde

Réservez un stage à La Grande Raisandière dès aujourd’hui

Pour réserver un de nos stages, veuillez utiliser notre formulaire de réservation :
Si vous avez des questions, veuillez consulter notre FAQ ici ou nous envoyer un mail à [email protected]