Nous avons maintenant fait nos trois premières Initiations à la Permaculture et à la Méditation et elles semblent s’être bien déroulées, à en juger par les commentaires. La prochaine aura lieu du 13 au 15 septembre. Nous avons encore deux places à l’intérieur et, si ça ne vous dérange pas, 10 places sous tentes ! Nous envisageons peut-être de faire un week-end de permaculture et de plantes sauvages comestibles. Et un week-end de permaculture et de fermentation. Tant de possibilités !!!

Aucun signe de beaucoup d’engrais vert dans le champ, ce qui est un peu décevant. Il a dépensé 1000€ en semences et 150€ pour amener le fermier à “gratter” le champ. Il s’agit maintenant de décider s’il faut laisser le fermier couper le champ et prendre le foin dans l’espoir que les graines qui n’ont pas germé la première fois le feront maintenant.

Picture of the pond level going down because of drought

Le niveau de la mare descend vite. Nous n’avons pas eu assez de pluie ce printemps et nous sommes maintenant dans une période de sécheresse prolongée. Les météorologues ne prévoient aucune pluie pour les deux prochaines semaines. L’année dernière, il a plu une fois en juin, une fois en juillet, une fois en août et une fois en septembre. Cette année pourrait-elle être encore pire ? Espérons que non, mais c’est pourquoi nous prévoyons de creuser d’autres mares (une par hectare).

Au fait, si l’un d’entre vous a des enfants (ou des partenaires !) qui aimeraient jeter de la boue, alors nous avons une mission pour vous dans la mare…

Blanche and Margerita bikinis in the veg plot

Nous allons devoir ajouter celle-ci à la longue liste d’erreurs que nous avons faites : les bâches en plastique qu’on nous a vendues pour contrôler les mauvaises herbes dans le potager commencent à se désintégrer. Cela signifie des milliers de morceaux de microplastique à nettoyer. Un vrai cauchemar. Heureusement que les charmantes dames ci-dessus étaient présentes pour aider !

Les poules d’eau ont eu des bébés et il y a un bébé hibou dans l’abri à vélos. Il y a trois lièvres dans l’allée. Vous pouvez voir où les cerfs ont été couchés dans les champs, mais nous n’en avons pas encore vu. Nous rencontrons beaucoup de faisans dans l’herbe haute. C’est un véritable sanctuaire pour animaux ici. Espérons que les chats ne troublent pas l’équilibre !

Nous venons de cueillir nos premiers concombres, rhubarbe et ail. Et nous sommes actuellement inondés de framboises, de groseilles, de fèves et de cerises. En plus, on a des fraises et du cassis. Et les aliments sauvages à gogo : pissenlits, chénopode blanc, achillées millefeuille, oseille, ortie, ortie blanche, menthe, fraises des bois, fleurs de mauve, fleurs de consoude, fleurs de luzerne, etc. etc.

Nous mangeons beaucoup de tomates dans notre foyer. Étant donné que les tomates s’embouteillent très bien, nous devrions être en mesure d’être autosuffisants. Nous avons manqué de tomates l’été dernier en février, alors nous avons planté deux fois plus de plants de tomates que l’an dernier. Cette année, avec environ 70 pieds de tomates en terre, nous espérons passer à travers le trou de la faim (février à mai).

Au fait, c’est du jus de framboise frais dans la bouteille rouge au-dessus. Prendre beaucoup de framboises, les mettre dans le mixeur, ajouter de l’eau et mélanger. Miam, miam !

Un chef est venu nous rendre visite l’autre jour et nous a demandé si nous voulions fournir des restaurants. Nos amis du Café Odilon à Paris nous l’avaient déjà demandé. Mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas pour tout de suite. Nous sommes toujours en train d’expérimenter. Fournir des produits frais, c’est aussi un jeu d’enfant. Ou plutôt, vous devez être au sommet de votre jeu tous les jours. Notre plan est de mettre en bouteilles des fruits et des légumes, des aliments fermentés, des huiles, beurres et farines de fruits à coques. Ce genre de choses.